Comment gérer ses émotions – 3 techniques simples

Frustration, colère, tristesse nous avons tendance à vouloir éviter les situations qui engendrent ces émotions.
Ou contrôler nos émotions surtout lorsqu’elles sont négatives.

Lorsque nos émotions débordent comment faire pour les apprivoiser au lieu de lutter contre ?

Mieux comprendre la cause de ces émotions pour canaliser, cette peur, cette colère, cette tristesse … Et surtout que faire lorsque nos émotions nous submergent ?

 

Emotions : La fausse bonne idée ” sois fort et tais-toi “

Une mauvaise idée est de refuser de prendre en compte la nature même de notre corps et notre cerveau.
L’idée de se dominer soi même avant de comprendre ce dont il est question, les enjeux qui se développent en nous, et qui sont mis en évidence par les émotions est vraiment contre nature.
Ce processus de domination spontanée va à l’encontre de la façon dont le corps et l’esprit vont tenter de se relier pour créer une alerte sous la forme d’émotions.

Cette idée selon laquelle les émotions seraient un problème à évacuer s’oppose directement à la nature humaine.

timidite vaincre sa timidite par hypnose programme

 

 

L’ingérence de la réussite dans notre univers émotionnel

Dans une culture de la performance et de la réussite certaines croyances sont dévastatrices.
Ainsi il serait attribués aux “leaders” un meilleur contrôle de leurs émotions.
Car le modèle sociétal de réussite semblerait dans l’inconscient collectif associé à une absence de sentiment et à une neutralité émotionnelle.
“Pour réussir il faut …”
ou
“Ceux qui réussisse n’ont pas d’état d’âme” ….

Cette déformation collective, exige parfois que dès l’âge de la maternelle, c’est à dire à partir de 3 ans certains enfants ayant une activité émotionnelle plus riche soient “suivis psychologiquement”

Donc l’enfant qui laisse libre court à ses émotions, va d’emblée être considéré comme ayant un problème nécessitant des interventions extérieures. Un travail de psychothérapie afin de le faire entrer dans le “moule” …

 

L’apprentissage du dénie des émotions …

Demander aux enfants dès leur plus jeune âge de se dominer … de se déconnecter de leurs émotions est une ineptie.
Cela nous incite très tôt à nous éloigner d’une partie de notre système nerveux extrêmement importante : L’inconscient.
Lorsque l’on va à l’encontre de cet inconscient qui gère de nombreux processus physiologiques et vitaux, Cela a deux effets considérables.

1) Celui-ci “heureusement” réagit avec encore plus d’intensité.
Je dis “heureusement” car même si ses messages plus intenses, et deviennent parfois inconfortables. Ils sont le signe que l’inconscient tente encore de faire entendre sa voix.
Il serait bien sur désastreux qu’il ne formule plus de messages !

2) Nous perdons peu à peu la connaissance du langage de notre inconscient.
C’est cela qui nous incite a mal nous comprendre, par exemple a apporter des réponses inadaptées a certaines demandes de l’inconscient (manger pour combler un manque affectif) , ou encore a ressentir des conflits internes.

 

Lorsque les émotions débordent …

Stress, Mal être, Manque de sommeil … a un certains moment les émotions refoulées peuvent envahir le quotidien.
Développer un sentiment de “trop plein”, qui peut s’assimiler à un “burn out” et se manifester Sous forme d’anxiété, sous forme d’angoisse, sous forme aussi de violences verbales voir comportementales etc …
Et donc contrôler on comprend bien ce n’est pas une bonne idée, lorsque justement on ressent que l’on perd le contrôle ?

Gérer ses émotions consiste à faire quelque chose de juste et d’utile de nos manifestations émotionnelles. En décoder le sens et la valeur.
Il ne s’agit pas de gérer sous forme de contrôle, mais sous forme de compréhension.
Il ne s’agit pas d’une compréhension intellectuelle ou une compréhension psychique mais d’une compréhension en termes de vitalité.

Comprendre que les émotions sont les fondements de la vie, elle font parties intégrantes de nos processus vitaux, de notre cursus de communication/échange interne.

 

Que faire face à ces émotions qui de temps en temps nous submergent

Gérer les émotions consiste a apprendre la régulation de sa règle émotionnelle.
L’idée ne consiste pas à gérer les émotions elles-mêmes mais à gérer leur niveau “d’expression”, leur “volume”, et parfois même le terrain sur lequel elles sont agissantes.

Par exemple les émotions sont souvent assimilées à système de “protection”, un message adressé par l’inconscient pour nous “mettre en garde” ou attirer notre attention sur un point particulier, nécessitant notre attention.

La protection est un fonctionnement complètement naturel chez tous les êtres vivants, pas simplement les êtres humains.
Donc tous les êtres vivants aspirent à se protéger par rapport à certaines situations extérieures qui seraient inquiétantes, inconnues.

Un réflexe de protection comme la peur, peut facilement lorsqu’elle déborde devenir contre performante comme dans le cas des phobies, comme la peur du rejet ….
Tenter de contrôler cette émotion constitue a son tour un moyen de défense additionnel qui va se surajouter au processus interne existant, et créer une complexification émotionnelle qui peut engendrer une hyperémotivité. exemple : la peur de développer un certaine émotion, par exemple la peur de rougir

Pour faire simple, gérer le niveau “d’expression” d’une émotion ou son “volume”, ou le terrain sur lequel elle est agissante, c’est quelque chose que nous avons tous pratiqué au moins une fois durant l’enfance.
Quand à 5 ans … regardant un film d’horreur ( qui était bien sur inquiétant) face auquel nous avons par exemple utilisé l’humour pour “dédramatiser la situation” … mais surtout atténuer la puissance de ces perceptions internes.

D’une façon générale la technique de gestion des émotions correspond à un savoir faire dont nous disposons TOUS mais qu’il suffit de prendre le temps d’adapter à la spécificités de chaque émotion.

 

Technique 1 : Verbaliser ses émotions … pour créer de la distance

Les émotions sont un message délivré par l’inconscient.
La particularité de ce message est qu’il utilise le langage primaire ou brut du cerveau.

Quel est ce langage ? Les perceptions sensorielles – Des images – des sons – le toucher (kinesthésique) …

En fait le cerveau “compose une œuvre émotionnelle” qui contient un nombre important d’images, de sons, de sensations corporelles …

Pour ce faire, il procède exactement de la même façon que lorsqu’il “recompose ou reconstruit un souvenir mémorisé”. Dans le cas d’un souvenir, il fait référence à des images, des sons, des sensations qui sont stockées dans notre mémoire.

Ainsi lorsque vous souhaitez vous laisser envahir par un souvenir agréable ?
La meilleur technique consiste à accentuer la valeur des images – des sons – des sensations jusqu’à parfois “revivre” le souvenir ( par projection mentale).
Essayez en fermant les yeux de revoir la plage sur laquelle vous avez vécu un si agréable moment – de ressentir la température à laquelle était votre corps – d’entendre le bruit des vagues ….

A l’opposé, une des technique pour rester à distance consiste à “nominaliser” c’est-à-dire donner un nom. Dans notre exemple prononcer simplement le mot “plage” va revêtir une sorte de neutralité émotionnelle.

Le principe de la nominalisation des émotions :
Un moyen d’accueillir que quelque chose de votre propre sensibilité s’exprime à travers un certain type d’émotion consiste à trouver les mots qui pourrait se substituer à l’émotion.

Cela va vous demander un effort créatif parce qu’il n’est pas si simple de trouver les mots justes ou les phrases qui racontent l’expérience que vous êtes en train de vivre.

Mais en exprimant de plus en plus finement ce qui est vécu à l’intérieur, vous allez constater que petit à petit cette habitude va apporter une sorte de régulation intérieure de vos émotions au profit d’une expression verbale. C’est une forme de dissociation

 

Technique 2 Créer un sas de décompression émotionnel

Le principe du sas de décompression consiste à intercaler un processus conscient au moment de l’apparition d’une particulière émotion.

Exemple le silence peut être tout à fait intéressant, tout à fait précieux en tant que sas de décompression émotionnel dans de nombreuses situation. D’autant qu’il possède des vertus apaisantes sur le rythme physiologique.

Un silence pour se recentrer, s’offrir un temps de réflexion, se mettre à l’écoute de soi-même:
Par exemple afin de prendre le temps d’ajuster la parole qui pourrait être exprimée à la place de la colère.

Attention toutefois de ne pas laisser le silence s’envahir de pensées parasites, d’auto critiques, de culpabilité
Pour réussir le sas de décompression émotionnel, exactement comme pour gérer le stress, le signal conscient choisi doit être associé à une gestion des rythmes respiratoires, et cardiaques …

 

Technique 3 Pour des émotions trop puissantes l’hypnose

Quelques unes de nos séances d’hypnose associées au thème Comment gérer ses émotions:

DÉPENDANCE AFFECTIVE s'en libérer par hypnose
arreter de chercher approbation des autres hypnose
reapprendre l'amour de soi hypnose

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Consulter notre politique de confidentialité Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer